Presentation

  • : L'ENFER DU PARADIS
  • L'ENFER DU PARADIS
  • : DIAPORAMAS (tous styles) VOYAGES (tourisme) - SANTE (maigrir...) - EXTRAVAGANCES (photos insolites) - BLAGUES (vidéos gags...)- CULTURE (religion...)
  • Contact

Compteur

 

 

 


VIDEOS DE VOYAGES

VIDEOS DIVERSES

Me contacter

e-mail20.gif

28 mai 2007 1 28 /05 /mai /2007 17:35

                                   Dans tous les Livres Saints (La Torah, La Bible, Le Coran...) on peut lire "Dieu te donne la vie et te donne la mort". Ceux-ci n'auraient-Ils pas omis d'ajouter "... malgré toi"? Car, jusqu'à ce jour, je ne me souviens pas avoir désiré venir au monde (je devais être probablement très bien là d'où je viens.) Et maintenant que je suis ici, je ne crois pas - pour l'instant tout au moins - souhaiter partir (parce que cela ne doit pas être probablement 'vivable' là où je dois aller.)
                                    Déjà, dès ma conception, je m'étais résigné à l'existence qui m'a été imposée. Mais avais-je le choix? Ce jour-là j'avais fait  "bon coeur contre mauvaise fortune" comme on dit, parce qu'en revanche, j'étais très à l'aise dans le sein  de ma très chère mère, cet océan idyllique qui fût un éden personnel que nulle autre créature ne pouvait espérer me partager. Baigné de toutes parts dans ce paradis que je n'ai plus jamais connu de pareil ici-bas, je savourais cet indicible silence amplifié par les battements du coeur de ma mère et dont le rythme exaltait mon immense quiétude. J'étais plus heureux qu'un poisson dans l'eau.
                                    Puis la nuit d'un 13 janvier, cette mer si calme et si douce jusqu'à ce jour, s'était brutalement déchaînée pour me propulser hors de ses abysses au sein desquelles je coulais les jours les plus beaux de mon existence. J'avais ressenti aussitôt une atroce coupure dans tout mon être, suivie immédiatement de soubresauts brutaux du flux nourricier qui me parcourait à l'instar de l'onde claire du torrent parcourant la vallée afin de la rassasier.

"Je venais de subir la première d'une inexhaustible suite de souffrances" 
  
                                     Refusant l'effort qui m'aurait poussé vers le chemin de la vie - le couloir du Purgatoire - je m'étais laissé couler au fond de moi-même espérant ainsi, retrouver les ondes qui m'avaient vu naître. Mais je sentis aussitôt des mains mal-intentionnées me soulever par les pieds et me secouer fermement dans l'espoir de me 'réveiller'. Devant mon obstination de refuser l'accès à leur monde exigu, elles me corrigèrent sévèrement.

"
On me punissait parce que je refusais leur existence"

                                     La fessée était telle qu'inconsciemment je me suis mis à crier tout ce que contenait ma poitrine. Aussitôt mes petits poumons se sont gonflés puis emballés comme jamais ils ne l'avaient fait auparavant ; et la sève de ma mère recommença à me parcourir de nouveau, mais cette fois-là avec beaucoup plus de frénésie
.

"Mon combat inconscient contre la mort venait de commencer"

  Fleur-fin-page-copie-1.gif

Suite Page 2 fleche-070-1-.gif CONDAMNE A VIVRE

 

Partager cet article

Repost 0
Published by BENA - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Old paplard' 15/12/2009 12:02


En fait, t'as raison, c'est ça qu'il disait. Je sais que mes n'veux ça les a marqué.
Et heureux que mon navatard te fasse rigoler, 2 minutes 30' de brainstorming interne pour que ça sorte et j'suis pas mécontent.
Alors ? T'as gagné ta tasse à café OB (à moins que tu aies choisi le mug-pas-encore-en-vente-mais-ça-viendra) ?


Old'Paplard 11/12/2009 21:19


Comme le dit mon beau-frère, et ça effrayait les enfants, "tu sais que chaque jour tu te rapproche de ta mort ?"


BENA 12/12/2009 18:53


Salut vieux paplard (excuses mais je ne peux m'empêcher de rigoler à la lecture de ton avatar).

 C'est plutôt sympa de dire ça car si ton beauf voulait être encore plus efrrayant il aurait dit : "tu sais que chaque SECONDE tu te rapproche de ta mort ?"
Bien cordialement.