Presentation

  • : L'ENFER DU PARADIS
  • L'ENFER DU PARADIS
  • : DIAPORAMAS (tous styles) VOYAGES (tourisme) - SANTE (maigrir...) - EXTRAVAGANCES (photos insolites) - BLAGUES (vidéos gags...)- CULTURE (religion...)
  • Contact

Compteur

 

 

 


VIDEOS DE VOYAGES

VIDEOS DIVERSES

Me contacter

e-mail20.gif

11 juin 2007 1 11 /06 /juin /2007 13:28

                                        Les rites ne sont pas dus au seul hasard, ils sont issus de faits, de gestes et de situations réels dont les origines demeurent inconnues pour la plupart d'entre eux. Ils sont rigoureusement observés et transmis d'une génération à l'autre depuis les âges les plus reculés. Ils sont si profondément enracinés dans la chair de l'individu qu'il lui est devenu quasiment impossible de s'en défaire, d'autant qu'il en perçoit difficilement la signification de bon nombre d'entre eux à cause de l'ignorance de leurs origines. La scrupuleuse observance de ces rites reste la condition sine qua non pour acquérir purification spirituelle et harmonie dans ses comportements avec les autres membres de sa communauté. Cette finalité qui demeure la seule et unique raison poussant l'adepte à leur vouer un culte indestructible, abroge l'intérêt de connaître leurs origines puisque l'essentiel reste ce que leur exécution procure pour le présent et assure pour l'avenir.
                                       Je me souviens encore de certaines coutumes et vénérations prétendues religieuses que les autochtones consacraient aux quelques tombes disséminées dans la périphérie du village qui m'a vu naître. Chaque événement était une occasion propice à l'accomplissement de ces rituels. Je me revois, maintenu fermement par la main de ma très chère grand'mère, grimpant la petite colline surplombant le village au sommet de laquelle on découvrait la tombe d'un défunt qui aurait été de son vivant, pieux, bon, généreux... L'escalade était toujours une récréation pour moi. Au sommet de cette colline, avant d'accéder au sépulcre, le visiteur ramasse quelques pierres plates et, tout en marmonnant quelques voeux et prières, les entasse l'une sur l'autre afin de leur donner un équilibre stable et durable. Ainsi, tant que la colonnette constituée reste dressée, son auteur est assuré de la réalisation des grâces demandées dans ses prières.
                                       A l'arrivée sur les lieux, je me hâtais toujours vers mon petit tas de cailloux que je retrouvais le plus souvent démoli. Je passais la plupart de mon temps à le rebâtir pour lui redonner l'éphémère allure qu'il a perdue, avec l'espoir de le revoir bien debout lors de notre prochaine visite. Des dizaines de petites colonnettes de pierres plates étaient continuellement érigées, donnant l'impression d'un étrange paysage de stalagmites jaillies dans la périphérie du lieu sacré.
                                       Cette coutume qui apparaissait, aux yeux du gamin que j'étais, comme un jeu de construction, était en fait un rite inhérent à l'hommage voué au défunt afin que celui-ci intercède auprès des instances divines en faveur du visiteur et par-là même, apporter à ce dernier ainsi qu'à ses proches, l'équilibre, la sérénité et le bien-être qu'il est venu quémander.

Fleur-fin-page-copie-1.gif

Suite Page 7fleche-070-1-.gifLE SANCTUAIRE


Partager cet article

Repost 0
Published by BENA - dans Livres
commenter cet article

commentaires